« JE PROFITE DE LA MODERNITÉ POUR REMORQUER LA TRADITION » DIXIT N’FALY KOUYATÉ.

N’Faly Kouyaté, ce nom signifie une voix expressive et incontournable, le jeu de la kora qui unit la tradition et la modernité, un charisme sur scène qui attire le public dès le premier moment avec le plus grand sourire du monde.

N’Faly Kouyaté compte parmi les grands artistes d’Afrique de l’Ouest. A part ses propres projets, il est depuis 1996 membre et puis leader du groupe « Afro Celt Sound System ».

Kouyaté, un artiste talentueux, deux fois nominé au Grammy Awards aux USA, récompensé par un disque d’or, détenteur du Guinée Music Award et Talents de Guinée, nominé aux Octaves de la Musique en Belgique, ‘Talent ‘Acoustique’ a TV5, est devenu célèbre en tant que „Jimi Hendrix de la kora ». Il est un adepte de la diversité aussi bien musicale que culturelle.

Il joua à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques à Athènes en 2004, 2003 et 2005 représentant de la francophonie en Egypte et au Canada, lors de la remise d’un prix à la femme de Nelson Mandela en 2007, concert à Londres en présence de Prince Charles et 17 Présidents et Premier Ministres, au Sidney Opera House, Formule 1 à Singapour, Central Park New York et sur des plus grandes scènes du monde.

N’Faly Kouyaté est issu de la plus célèbre famille de griots du Mandingue, région d’Afrique de l’Ouest englobant la Guinée, le Mali, la Gambie, le Sénégal, Burkina Faso …

Il est l’un des fils de Konkoba Kabinet de Siguiri (République de Guinée-Conakry). Konkoba est un grade supérieur des griots. Grade rare (il n’en a existé qu’environ 5 jusqu’à nos jours) il s’acquiert, au prix de dures épreuves et d’une parfaite maitrise des secrets de la vie, y compris des sciences occultes.

N’Faly est un merveilleux chanteur, joueur de kora, conteur, multi-instrumentiste. Formé dans la plus grande rigueur des artistes traditionnels d’Afrique de l’Ouest, il s’ouvre néanmoins très tôt aux courants de musiques les plus universelles (world music, rock, hip-hop, jazz, …). Repéré par le ministère de la culture guinéenne, il bénéficia d’une bourse pour étudier la musique informatique en Europe où la Belgique l’offra la possibilité d’étudier au conservatoire afin d’y enseigner la kora ce qu’il le poussa à ouvrir son propre école NAMUN School en 1996.

En même temps, il créa sa propre structure Namunkanda, qui, avec l’apport de son manager Sandra Werner, s’est agrandi en NAMUN GROUP où ils co-fondent le Festi’Konkoba, festival panafricain des arts qui devient petit à petit la plateforme de la culture africaine au cœur de l’Europe.

Au delà, N’Faly Kouyaté a toujours réalisé des projets humanitaires dont l’envoie du matériel médical aux hôpitaux à Donka et Siguiri, des fournitures pour des écoles et, tout récemment, la construction de 4 puits en 2016 pour donner de l’eau gratuitement à la population guinéenne.

Ses deux derniers albums sont sortis en 2015 à Londres (CHANGE) et 2016 en Angleterre (THE SOURCE, Afro Celt Sound System).

En 2017, création de la fondation « N’Faly Kouyaté – FOLOTHESOURCE ».